Actus et Communiqués de Presse

19/12/2013

Partager :
Partager sur LinkedIn

Le baromètre Viavoice - BPCE des projets des Français - Décembre 2013

Grande réforme fiscale : l’actualité d’une grande circonspection

L’initiative du Premier ministre en matière fiscale, annonçant la mise en œuvre de la grande réforme fiscale proposée par le candidat François Hollande, suscite-t-elle l’adhésion de l’opinion ? Constitue-t-elle une source d’espoir en regard d’une situation fiscale actuelle contestée, ou au contraire un motif d’inquiétude dans un contexte de préoccupations en matière de pouvoir d’achat, révélée mois après mois notamment par ce baromètre ?

Réforme de la fiscalité : des Français aujourd’hui circonspects

Les Français se révèlent très partagés concernant l’idée d’une "mise à plat" de la fiscalité, annoncée par le Premier ministre et incluant notamment l’objectif d’une "fusion" entre impôt sur le revenu et CSG. Seuls un tiers (34 %) des personnes interrogées estiment qu’il s’agit d’une "bonne initiative". Les causes de ce soutien sont très différenciées, avec à la fois l’idée d’une simplification nécessaire du système fiscal français jugé beaucoup trop opaque et favorisant l’évasion fiscale, l’objectif attendu d’une meilleure redistributivité de l’impôt (et ce en dépit des tensions actuelles sur la fiscalité), ou encore le principe d’une retenue à la source de l’impôt sur le revenu, relativement populaire en dépit des difficultés techniques qu’elle pourrait soulever. Mais dans le contexte actuel, cette idée d’une réforme fiscale soulève également les inquiétudes, et 28 % des Français estiment qu’il s’agit d’une "mauvaise initiative" :

  • Après les plans de rigueur et des hausses d’impôt depuis 2011, l’opinion publique redoute aujourd’hui une nouvelle hausse d’impôt "déguisée" qui les affecterait en priorité ; 
  • Les espoirs déçus de la dernière élection présidentielle éloignent l’idée initiale d’une réforme « juste » cependant attendue des Français ; 
  • Enfin, le moment choisi pour l’annonce de cette réforme et son contexte politique donnent le sentiment d’un "coup" plus politicien que porté par une vision économique ou sociale de long terme.

Surtout, 38 % des personnes interrogées ne se prononcent pas sur ce projet : défaut d’information, stade encore inachevé de la réforme, doutes et scepticismes concernant l’action publique de manière générale se conjuguent pour entretenir l’indécision des opinions. Au total, et de manière assez singulière, tout se passe aujourd’hui comme si l’opinion était circonspecte face à cette mesure pourtant annoncée et connue dès la campagne présidentielle. Une circonspection qui appelle en retour un regain de clarté, d’arguments et de pédagogie. C’est, pour une large part, une question de sens.

Avant l’entrée en vigueur de la TVA à 20 % : inquiétudes en matière de pouvoir d’achat, de consommation et d’épargne

Près des deux tiers des Français (62 %) sont pessimistes pour leur pouvoir d’achat pour les trois prochains mois. Ce niveau d’inquiétude est à la fois très élevé (le maximum depuis fin 2010 étant de 65 % en mai dernier) mais surtout désespérément pérenne depuis le printemps dernier, en lien avec les inquiétudes fiscales qui apparaissent très nettement au sein de l’opinion : la fiscalité est établie en tête des dépenses qui inquiètent le plus en matière de pouvoir d’achat (pour 52 % des Français), tandis que le prix des produits de première nécessité connaissent une faible inflation. Enfin, ce lien entre fiscalité et pouvoir d’achat ne devrait pas s’estomper à court terme compte tenu de l’augmentation de TVA de 0,4 points au 1er janvier 2014. Dans ce contexte, les intentions de consommation et d’épargne s’inscrivent à leur étiage :

  • En dépit de la période des fêtes, seules 9 % des personnes interrogées envisagent de dépenser "plus d’argent que ces derniers mois" pour l’alimentation et l’habillement pour les mois à venir, contre 50 % "moins d’argent" et 38 % "autant d’argent" ; 
  • De même seules 13 % comptent mettre "plus d’argent de côté" contre 23 % "moins" et 31 % "autant".

Le baromètre en chiffre